Prépa fab

"C'est quoi la préparation à la fabrication ?"

Avant d’intégrer les agences de publicité, j’ai commencé mon parcours dans un studio de flashage (technique remplacée aujourd’hui par le CTP), je recevais les fichiers des clients et les corrigeais techniquement pour fabriquer les films destinés aux imprimeurs. J’ai beaucoup appris (sur le tas), car souvent, les fichiers reçus n’étaient pas conformes à la fabrication et il fallait parfois trouver des astuces pour rendre possible l’impossible !

Cette “casquette prépa fab” m’a suivie tout au long de mon parcours et j’avais souvent dans les agences le rôle de contrôle avant envoi des fichiers en fabrication, surtout pour des cas spécifiques nécessitant une attention particulière : couleurs spéciales (dorés, argentés, fluos…), des formats ou supports inhabituels etc.

C’est pourquoi c’est aujourd’hui une vraie valeur ajoutée qui me permet de garantir le contrôle qualité en amont mais aussi de proposer des solutions techniques efficaces (gain de temps et d’argent), en lien avec le besoin du client et celui de l’imprimeur.

L’infographie en préimpression est une discipline technique permettant la maîtrise des tâches de préimpression suivantes :

C’est savoir gérer un beau noir soutenu dans le respect des pourcentages de couleurs et en respectant la charge maximale d’encre,  veiller aux surimpressions, tons directs, défonses et autres subtilités qui évitent un aller-retour correction entre l’exécutant et l’imprimeur.

C’est préparer les couvertures (et dos de couv’) des dos carrés-collés des magazines ou livres en pré-imposition, respecter les nommages de fichiers, surtout pour les repiquages, vérifier les chromies, profils colorimétriques icc/fogra selon papier et normes imprimeurs (joboptions), envoyer les pdf haute définition avec les réglages appropriés, images optimisées et/ou aplaties pour alléger le poids, sans oublier la base : traits de coupe et débords, zone “tranquille” en bord de coupe…

Mais aussi éviter les textes en couleur en dessous du corps 10, ceux en noir en dessous du corps 7 (selon la typo) pour le confort de lecture. Les textes et filets (env. 0,5) en 100 % noir doivent être en surimpression ; s’ils se positionnent à cheval sur des aplats de couleurs ou des images, prévoir un noir enrichi de 5 % de cyan afin d’obtenir un noir uniforme.

En production collé : éviter les textes et les images dans le pli des pages (à cause du blanc de colle) ; pas de texte ou image à moins de 5 mm du pli…
 
Bref, tout un art ! qui rappelle que c’est un métier (qui évolue, certes) et que la chaîne graphique se respecte  dans sa globalité.